Juan de Dios Ramirez Heredia

Lettre de Kathy Dauthuille, auteure de "Les voyageurs au sang d'or" après sa rencontre providentielle sur les ramblas de Barcelone de Juan de Dios Ramirez-Heredia, le premier gitan à avoir été nommé docteur honoris causa

« Je reviens de quelques jours passés à Barcelone où j'ai visité le quartier gothique, le parc Guëll de Gaudi où les promeneurs flânent en écoutant les musiciens les plus divers. J'ai revisité La Sagrada Familia également du même génie catalan. J'ai noté avec plaisir que les travaux avaient beaucoup avancé depuis ma dernière venue ; maintenant le carrelage est posé ainsi que quelques resplendissants vitraux dans le chœur : la construction avance.

Or pendant ce voyage, je fis une rencontre très particulière : le 23 avril étant la Sant Jordi (patron de Barcelone), les habitants ont l'habitude de s'offrir des roses et des livres ; de ce fait il y avait des stands partout ! C'est ainsi qu'un stand gitan qui était bien visible par son drapeau tendu attira mon attention. Je me suis approchée et ai commencé à compulser les ouvrages et à parler. Comme un monsieur dédicaçait son livre, je lui ai pris un exemplaire de "Cartas del pueblo gitano" et lui ai dit que j'avais écrit sur les gitans.

Nous avons échangé quelques mots et il m'a donné plusieurs revues spécialisées dont le titre est  "O Tchatchipen". A cela il ajouta un gros livre sur la presse intitulé "¿Periodistas contra el racismo? La prensa española ante el pueblo gitano". Je l'ai remercié en lui demandant son adresse e-mail et il m'a serré la main très chaleureusement.

Une fois rentrée, je suis allée voir qui était ce monsieur que j'avais vu sur les ramblas et qui m'avait dédicacé son livre ; et je lus : « Juan de Dios Ramírez-Heredia est un témoin privilégié des récentes évolutions de la société espagnole. Tsigane, il a réussi là où la plupart des membres de sa communauté ont échoué. Avocat et journaliste, il a été député, eurodéputé et a même participé à la rédaction de la Constitution espagnole. En 2008, il est devenu le premier gitan au monde nommé docteur honoris causa. Il dirige aujourd'hui l'ONG Unión Romaní. »

Pour une rencontre ; ce fut une rencontre !

Voici une vidéo intéressante où on le voit en train d'expliquer la Journée internationale des Gitans, notamment la cérémonie au fleuve :

Lors de ce rituel, des pétales de fleurs sont jetés dans l'eau par les femmes, après elles, les hommes déposent des bougies ; cela me fait penser à la cérémonie de la Saint-Georges dans « Ederlezi » et à celles faites au Gange.

Juan de Dios Ramirez-Heredia nous dit que le fleuve emporte les pétales au-delà des frontières ; qu'il n'y a plus de barrière. Ce geste est fait en même temps par les gitans du monde entier et symbolise l'amour qui voyage.

J'ai également regardé sur YouTube  son investiture quand il fut nommé docteur honoris causa à Cadix ; c'est une cérémonie bouleversante. Il  parle de sa mère qui ne savait ni lire ni écrire mais qui l'avait envoyé à l'école et c'est ainsi que peu à peu, avec d'autres rencontres, notamment des personnes qui l'ont encouragé, il s'est mis à défendre la cause de son peuple.

Son remarquable cheminement est plein d'humanité, de sensibilité ; aussi je me sens très émue, admirative et suis très heureuse d'avoir pu le rencontrer en me promenant sur les ramblas. »

Copyright 2018 - Kathy DAUTHUILLE

Mentions légale : En savoir plus

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now