Le 8 et la Déesse

Le 8 et la Déesse Couv.jpg

Le 8 et la Déesse, de Kathy Dauthuille – Illustrations d’Alain Brechbuhl

 

12,00 € + Frais de port : 4€  Possibilité de faire un chèque à l'auteur, 72 bis avenue de Stalingrad, "Porte Matit", entrée rue Pierre Ronsard, 13200 Arles et d'avoir le livre dédicacé.

  • Genre : Conte illustré

  • 96 pages

  • Format : 15 x 21 cm

  • ISBN : 978-2-36782-088-0

  • Parution 2022

Le 8 et la Déesse.jpg

NOUVEAU LIVRE :
Les Éditions du Puits de Roulle sont heureuses de vous annoncer la sortie d'un nouvel ouvrage : Le 8 et la Déesse, conte de Kathy Dauthuille, illustré par Alain Brechbuhl.
C'est le 21e jour du 8e mois de l'année, le 21 août, initialement jour de la commémoration de Sainte Ombeline, qui marquera la sortie officielle du livre.

Présentation de l'éditeur

Ombeline est une jeune femme enjouée, curieuse d’esprit, avide de découvertes et de voyages, fascinée de longue date par les lieux sacrés, ces endroits disséminés un peu partout sur Terre où l’on se sent reliés à l’Univers. Elle aime spécialement parcourir la nature qu’elle reproduit en peinture et croquis : des arbres tordus aux étranges formes, des statues-menhirs, des fontaines, des sources… tout ce qui est rattaché aux anciens cultes païens reprend vie sous ses mains.

Domiciliée dans les Alpilles, elle décide de se consacrer pour quelque temps aux divinités et autres lieux cérémoniels liés à la Terre-Mère, à la fécondité, à l’eau, très présents dans cette région, en compagnie de son oncle Côme et de la mystérieuse Marane qui y vit en ermite.

Pour cette nouvelle collaboration, Kathy Dauthuille nous invite à cheminer à ses côtés dans les Alpilles à la découverte d’empreintes en lien avec le féminin et les anciens cultes des déesses glaniques de cette partie de la Provence occidentale. Cette fiction poétique et symbolique autour de vestiges de pierres encore observables aujourd’hui favorise la quête de l'auteur qui se plaît à explorer à pied les chemins sauvages dans le plaisir de la découverte. En parallèle, la symbolique du nombre 8 est abordée dans un contrebalancement ludique, aux étonnantes facettes qui, au gré des bonheurs du conte, se joint parfois, comme par magie, à l'évocation de la Déesse.

20220824_164437 (2).jpg
Marane.jpg

Marane

Extrait :

"En ce 8e jour du 8e mois de l’année, voici l’extraordinaire portail du cœur qui se situe au mois d’août.
Le jour décline, mais il fait encore très chaud ; le ciel s’est paré de nuances de cuivre et de cobalt.
Ombeline sort de sa maison de pierre pour aller rendre visite à son oncle Côme qui vit près d’un petit ruisseau ou gaudre, comme on l’appelle dans la région.
Côme est un homme assez sauvage ; il a construit sa maison au sein de la nature où il exerce un métier très particulier : celui de tabletier.
Ombeline l’aperçoit assis sur un banc près de la porte.
 

  • Bonjour Côme.

  • Bonjour ma chère Ombeline.

  • Comment vas-tu ?

  • Très bien.

  • J’adore cette eau qui ruisselle, qui scintille, qui clapote, qui murmure et qui chante.

  • Heureux de te voir. Oui, elle est vivante et touche tantôt l’âme tantôt le cœur. Alors ? Toujours décidée à monter à l’ermitage pour quelques jours ?

Oui, bien sûr. Tu sais combien je suis attirée par les lieux sacrés, ces endroits où l’on se sent reliés à l’Univers."

1a82d9_9b6adc6e17e34fa7ae2f39ddf9d6a412~mv2.webp

L'oratoire Sainte Anne à Eygalières

20220824_151004 (2).jpg
20220824_152229.jpg
8 roche.jpg

Roche et signe 8

tablette.jpg

Tablette

déesse allaitant.jpg

Déesse allaitant

Témoignages :
 

«Très chère Kathy,

Peut-être aviez-vous en tête, en écrivant "Le 8 et la Déesse" ces vers qui ouvrent le recueil de Patrice de La Tour du Pin "La quête de joie" :

"Tous les pays qui n'ont plus de légende

Seront condamnés à mourir de froid…"

C'est, malheureusement, le cas du monde matériel et sec dans lequel il nous est donné de vivre.

Car ce qui caractérise notre époque, la technologie et le progrès, ne sont pas des légendes : la technologie aboutit au gadget, le progrès à Tchernobyl, et tant l'un que l'autre nous apportent le froid de l'âme.

Avec votre conte, vous redonnez sa force au rêve qui devient créatif lorsqu'il se change en songe et fait apparaître le lien qui unit l'univers et l'homme. Vous en donnez la clef avec le 8 car, écrivez-vous, "dans la nature l'air se déplace en boucles [qui] se prolongent, se rejoignent... jusqu'à dessiner un grand huit à l'horizon entre le ciel et la terre [établissant ainsi] une communication invisible entre toute chose et tout être" (p. 64).

On décèle ici la filiation platonicienne de l'Anima mundi présentée par Platon dans le Timée et la pythagoricienne de la "tetraktys" nombre sacré qui additionnait les quatre premiers nombres figurés dans un triangle équilatéral.

On connaît cette quête de l'unité primordiale que certains cherchent dans la religion, d'autres dans l'histoire, d'autres encore dans le big-bang... Mais, ne se manifesterait-elle pas dans chacune des parcelles de la nature ? C'est le symbole du miroir éclaté de Giordano Bruno dont chacun des fragments, pour petit qu'il soit, reflète le ciel.

Mais attention ! Révéler la clef de l'univers est risqué. Le néoplatonicien Jamblique, dans sa "Vie de Pythagore", rapporte que "Certains disent que la divinité s’est vengée de ceux qui ont divulgué les enseignements de Pythagore : c’est ainsi que celui qui avait révélé la construction de la figure à vingt angles périt en mer, pour avoir commis un acte d’impiété."

En fait, cette construction revenait à inscrire un dodécaèdre, l’un de ce que l’on appelle les solides parfaits, dans une sphère or, comme chacun sait, le cercle est l'apanage des dieux tandis que le carré est celui des hommes, d'où le problème insoluble du Moyen Âge de la quadrature du cercle, qui consiste à faire coïncider exactement le carré humain et le cercle divin, problème que Michel ange résoudra avec l'homme de Vitruve aux proportions, il faut bien l'avouer, bien particulières.

Espérons que ce conte mystérieux traversera le temps suspendu que chaque lecteur portera symboliquement autour du cou avec ce sablier en forme de huit gravé sur la tablette de son propre mystère, tel que le présente la fin de votre conte.

Et permettez-moi de vous remercier de m'avoir enrichi de votre imagination fertile et de votre sensibilité créatrice, qui ont porté en moi l'écho qu'elles sauront éveiller chez tous vos lecteurs.

Je vous embrasse très affectueusement,»

Jean-François MAURY

 

« J’ai adoré lire ce nouveau conte écrit par Kathy. Ambiances à la fois magiques et légères, découvertes de symboles peu ou pas connus, univers poétique riche de résonances, récit fluide qui s’écoule en douceur, du grand Dauthuille ! ».

Roger Lahana

 

«J’ai commencé le livre, ça a donné envie d’y aller. C’est un super partage. Je poursuis la lecture avec délectation, lentement».

A.B.

 

« Entrer dans le récit d’Ombeline c’est comme pénétrer dans un lieu magique où les sons, les couleurs se répondent, une immersion dans un monde entre l’imaginaire et la réalité, le visible et l’invisible, entre sensation et sentiments, dans un éternel présent où le temps n’a pas de prise. La pensée est invitée à se déployer dans l’infinie présence palpable de la conscience».

Anne Berrang

 

«  Le livre des Alpilles et de leurs mystères. La romancière est à son aise dans cet univers de symboles. Le dessinateur voit au plus juste ce terrain artistique et privilégié».

Jeanne Maillet

« Bonjour, je me délecte avec le lecture de votre dernier ouvrage, c’est un pur joyau. Merci. »

Véronique Poisson 

IMG_5659.JPG

Dédicace au "Furet du Nord" à Arras le 15 octobre 2022