Une femme au Rajasthan

Éditions Nombre 7, 2019

Un récit poétique...

 

Dès l'arrivée dans ces nouvelles contrées, le cadre idyllique prend le dessus, mais peu à peu, la vie devient un véritable combat. On passe d'extase et d'harmonie aux comportements agressifs, aux regards de mépris et à la violence froide pour revenir aux sourires lumineux et au silence. Un balancement incessant de joie et de peine, sans jamais savoir qu'elle sera l'issue à chaque sortie hors des murs de la haveli. Ombre ou lumière ? Toujours un peu des deux.

Une mise en abîme théâtrale, une énigme mystérieuse,... Que nous réserve vraiment le Rajasthan ?

Marionnettes du Rajasthan

Une mise en abîme théâtrale.

Ce livre est une réelle dualité qui prend place sur le sol indien, le témoignage d’une femme séjournant dans une haveli et qui conte quatre mois de bonheur et d’enfer, imbriqués solidement l’un dans l’autre."

Une haveli

Extrait :

 

-1-  L’arrivée
 

     Le chœur du ghazal chante : « La dame attendue est arrivée, elle est là devant le portail d'entrée, il faut aller lui ouvrir. Ahar, le jour, l’accompagne. »

 

      Le gardien a entendu l'appel ; il va vers la porte et tire le battant. Il est vêtu de blanc, chaussé de babouches à l’extrémité redressée et arbore un turban rouge et jaune qui laisse passer des mèches de cheveux argentés.

 

     Cassandra doit se baisser pour passer par la portière découpée dans la masse, puis poser le pied dans le contrebas et redresser enfin la tête.

 

      Le chœur chante : « Bienvenue Cassandra, bienvenue dans la haveli, bienvenue dans la maison des vents. Ganesha lève sa trompe vers toi. »

 

     Cassandra est éblouie par la lumière de la cour encadrée par des arches fines et blanches et des fresques où des personnages apparaissent en procession ; elle regarde cette architecture rayonnante dans une surprise proche de l’extase et ne bouge plus.

 

     Le gardien l'invite à aller s'asseoir dans la partie droite qui est l'endroit réservé aux affaires ; là des fauteuils confortables entourent une petite table.

 

     Des oiseaux volettent dans cet espace lumineux et vont se poser sur les lampions, sur les malles, les crédences, pour enfin rester sur les suspensions ou les crochets des murs.

—    Vous êtes dans la cour des hommes ; les médaillons près du plafond représentent les anciens propriétaires de la maison, lui explique l’homme au turban.

 

     Cassandra qui a pris place, observe ; elle détaille les peintures où apparaissent des marchands de profil, portant des perles aux oreilles, ou tenant une fleur qu’ils hument ; pourtant ils ne sourient pas et semblent même être figés.

 

     Bientôt le maître des lieux arrive, grand, majestueux, un turban rouge sur la tête.  Il porte un sautoir aux grosses perles bleues et orangées tranchant sur un kurta blanc. Toutes ces pierres font écho à celles enchâssées dans les bagues de ses doigts. Son port est élégant, il sourit et ses grandes moustaches soulignent l'éclat de ses dents. Ses yeux sont cuivrés et ont la franchise de l'homme du désert. Il dodeline de la tête et joint les mains à la hauteur de son cœur.

 

     Cassandra se lève.

—    Namaste, je m'appelle Omanand, « Joie du Om ».

—    Namaste, je m'appelle Cassandra.

 

…/…

 

Acheter "Une femme au Rajasthan"

Vous pouvez acquérir "Une femme au Rajasthan"  de Kathy Dauthuille en cliquant sur l'image :

 

 

 

 

 

 

 

 

ou avec dédicace de l'auteur en envoyant un chèque de 12 euros (10 +2) à l'adresse de l'auteur (voir les conditions et l'adresse dans la section "Commande")

 

Déposez votre avis sur Babelio

Logo FNAC.jpg
Logo Cultura.jpg
Logo Furet.jpg
Logo DECITRE.png
Amazon.jpg

Une critique littéraire :

 

UNE FEMME AU RAJASTHAN

Bien sûr, nous avons des connaissances géographiques et internationales sur cette région du Monde, l'Inde, mise en valeur par des reportages qui nous laissent admiratifs - ou stupéfaits -devant la beauté et la singularité de ses mœurs, religion, paysages.

Avec Kathy Dauthuille, nous pénétrons dans une région bien particulière: le "Rajasthan" (littéralement : "Pays des rois") située au Nord-Ouest de l'Inde et dont la capitale est Jaïpur. 

Kathy Dauthuille n'est pas une personne "ordinaire". Elle possède "l'âme" du voyage vissée au cœur. Le monde est son terrain d'aventures  spirituel et physique à la fois, en ce sens que quand elle voyage, c'est elle, tel un petit pion dans l'univers, qui devient une itinérante aux aguets, tous sens sollicités pour recevoir le meilleur  (et le moins bon) du pays visité.

Voilà donc l'auteur engagé dans une surprenante aventure. Au départ, c’est l’accord donné à une proposition pour une charge de quatre mois dans une "haveli" sorte de résidence où méditation et silence sont rois.

Le livre commence. Kathy Dauthuille y parle à la troisième personne comme si elle s'était "désengagée" d'elle-même. Le nom qu'elle se donne est celui de "Cassandra" vite transformé en " Cardea" (ou "déesse protectrice des Portes"). En Inde, le surnom est important. Il marque une distance entre soi et "l'autre soi". C'est ainsi qu'il sera question de la "gardienne des clefs" ou des "portes" et en plus général, du "domaine" (la haveli).

En début de recueil : un poème ; en fin : un poème également (car l'auteur est aussi romancière que "poète"). Le livre se divise en chapitres (33) tous débutant par un chant, un chœur (le chœur de Ghazal). Tout, ici est passage, d'un lieu (une chambre) à un autre, porte à porte, jardin à autre jardin ou parterre. La vraie mission est de garder des clefs. Qui peut mieux s'en charger que Kathy, découvreuse d'un "coffre" appartenant à un mystérieux "Passager" qui est Celui croisé dans toute vie et de vie à vie, sans doute, dans une aura difficile à définir ?

Nous voici avançant dans les parfums, les moiteurs, les cris ou chants d'oiseaux, les coloris exubérants des  paysages traversés. Tout n'est pas "lisse" cependant. Quand on sort du "havre" de tranquillité, on découvre l'animosité, voire l'agressivité des autochtones et on n'est pas à l'abri de quelques jets de pierres (méfiance envers l'étranger, surtout une femme) ou jalousies - mais sommes-nous sûrs des bonnes motivations ? -

Kathy Dauthuille poursuit avec sérénité son chemin, avec humour aussi, fidèle à la mission qui lui a été confiée.

Futurs lecteurs, sachez-le, j'ai eu beaucoup de joie à faire cette lecture de "Une femme au Rajasthan". Ce livre marque une belle présence de clarté d'ouverture de cœur et de lucidité sur notre quotidien d'occidentaux  enlisés dans des problèmes auxquels ils devraient souvent ne prêter qu'une attention secondaire.

Kathy Dauthuille fait honneur à l'écriture de son temps et nous devons un bien  beau merci aux Éditions Nombre 7 pour ce choix de nous l'avoir fait rencontrer. 

Jeanne Maillet 

 

 Auteur de Contes, Nouvelles, et de recueils de poésies (adultes, enfants) depuis les années 80 : (une trentaine d'éditions) Primée Poésie (adultes et jeunesse pour sa poésie)

Retours sur le livre : Une femme au Rajasthan

 

« Je viens de terminer mon beau voyage au Rajasthan. Un voyage mystérieux dans un univers de couleurs de chants mais où la femme a encore un statut peu enviable. Merci pour ce moment de belle écriture poétique. » « Très beau voyage dans un pays enchanteur coloré et musical, du mystère et une réflexion sur la condition de la femme. » Jacqueline Lefebvre

« J'ai beaucoup aimé la poésie de "Une femme au Rajasthan", et il me semble que pour pénétrer l'âme d'un peuple à ce point, un voyage n'y suffit pas ; il faut y avoir vécu dans une vie passée ! » R M

« Petit "miracle" avec ton livre! j'ai lu sans m'arrêter et j'ai été dans le décor, pièce par pièce, clef après clef : fabuleux! tout y était odeurs, couleurs, personnages et plus. Bref, un rapt! Je me secoue pour réagir!  .J »

"J’ai lu ton livre.
C’était pour moi un réel plaisir  et je me suis revu dans cette haveli.
Je ne sais pourquoi mais sa lecture m’a empli de calme malgré certaine pages noires.
Plusieurs adjectifs me sont venus à l’esprit quant à son écriture.
Musicale, rythmée, simple, légère, calme, paisible, poétique, sensible, limpide.
Et oui… Tout çà à la fois !
Félicitations." JR

"Je viens de terminer une femme au Rajasthan !!! J’ai aimé la poésie qui émanait de cette jolie histoire ! ! Et cela a fait remonter des souvenirs de mon voyage au Rajasthan , les portes les palais !!! Merci Kathy" APM

Présentation par Christophe TRICHOT

Copyright 2018 - Kathy DAUTHUILLE

Mentions légale : En savoir plus

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now