L'autel de la coquille

06/04/2018

Lumière blanche dans la courbe du chemin ; la falaise à la sortie de Fontvieille est haute et reçoit abondamment le soleil ; tout l'espace baigne dans une sorte de vibration qui appelle l'attention.

 

 

En m'approchant, je découvre une imposante sculpture dans la masse grise ; une immense coquille apparaît en réceptacle au vent ou à l'astre de feu, mais c'est surtout l'élément eau qui est ici symbolisé.

 

 

Un banc occupe toute la longueur du monument, qui en fait, est un autel dédié à une divinité des eaux (berceau de Venus) et qui a donc une fonction de fécondité liée au culte des eaux de toutes les Alpilles.

D'ailleurs, sous ce lieu sacré, à quelques mètres, se trouve l'entrée d'un aqueduc souterrain.

 

A côté du cippe sur lequel des lettres romaines sont gravées, se trouve une cavité en forme de siège.

 

 

En m'asseyant, je découvre face à moi un espace de verdure délimité au loin par des arbres. Je respire profondément, je me sens bien. Je peux contempler, méditer, observer. Le lieu est protecteur et ouvre un vaste panorama qui à cette heure et en ce début de printemps se trouve être verdoyant.

 

 

 

L'énergie du lieu est forte ; je sens dans mon dos les battements de mon cœur contre la roche, dans une sorte d'osmose.

 

Le temps s'écoule, paisible, énergétique, lumineux...

 

Une fois levée, je vois sur le côté un escalier gravé dans le rocher et qui m'invite à monter pour explorer d'autres horizons boisés.

 

 

C'est un escalier qui n'a plus de temps et qui me sollicite à monter pour le plaisir d'escalader les marches et me faire oublier toutes les dimensions autour de moi. Jadis, où menait-il donc ?

 

Je côtoie un moment les arbres et toute la végétation puis redescends. Alors, je fais ce geste que je fais à chaque fois que je me promène ; c'est de regarder le sol et de prendre une pierre qui appellera mon regard.

 

Je scrute donc le sol et j'en vois une qui présente la forme d'un médaillon à la surface bosselée. Je la saisis, et séduite, je l'emporte (petit cadeau que je me fais) pour établir un lien avec le lieu.

C'est une fois rentrée chez moi que je prends un stylo pour marquer les contours et à ma surprise, apparaît cette miniature naturelle tout-à-fait en accord avec la divinité du lieu et portant cependant d'énigmatiques attributs.

 

 

 

Gratitude à la divinité des eaux et de la fécondité.

 

 

 

 

Please reload

À l'affiche

Oratoires des "Blanches Terres"

23/12/2017

1/3
Please reload

Posts récents
Please reload

Par tags
  • Facebook Classic
  • Twitter Classic
  • Google Classic
Nous suivre

Copyright 2018 - Kathy DAUTHUILLE

Mentions légale : En savoir plus

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now