Oratoires des "Blanches Terres"

Il y a de nombreuses années, j'ai acheté cette aquarelle dans un atelier de Tarascon.

Elle représente l'oratoire sainte Anne à Eygalières, œuvre de Michel Maus. Dans le fond se découpe la forteresse des Baux entourée de ses sublimes rochers.

J'avais alors déjà senti au fond de moi en contemplant ce tableau aux couleurs harmonieuses, cet appel des "Blanches Terres" situées autour de la vallée des Baux avec leurs sentes laiteuses, leurs pierres anguleuses, leurs énormes rochers surplombant des oliveraies argentées. Par la suite j'allais avoir l'occasion de les connaître davantage.


C'est en prenant les chemins de campagne que je découvris peu à peu les oratoires ; ces simples pilastres qui vous attendent à la croisée des chemins ou dans les champs et qui vous interpellent tout-à-coup pour que vous fassiez un arrêt, vous signifiant que là, se trouve un point particulier qu'il faut respecter.


L'origine des oratoires est multiple ; ils pourraient être dans la lignée des menhirs, des bétyles, des piles romaines, des autels païens dédiés à Diane, à Hécate ou à Trivia, des croix couvertes, des montjoies (petits tas de pierres sur lesquels on plaçait une croix ou un reposoir), des lanternes aussi... Dans la partie supérieure du petit édifice, se trouve une niche qui abrite la statue d'un religieux vénéré.

Aussi, se manifestent-ils en une présence lumineuse dans le paysage en attirant le regard et de là, toute la personne ; en voici quelques uns :


Celui de sainte Anne à Aureille, situé sur le haut d'une butte.


Situé au-dessus du chemin, il domine, tout en étant dirigé vers l'inclinaison de terrain de la colline et peut-être est-il relié à un autre oratoire situé à plusieurs kilomètres de là, en vis à vis sur un autre promontoire.


A ce propos, je mets cette citation d'Émile Ripert, phrase tirée de son ouvrage Oratoires de Provence et que je trouve appropriée au niveau du ressenti : "Dans les chapelles les plus rustiques, l'âme est invitée à se replier sur elle-même ; l'oratoire invite à se dilater dans le cercle lumineux de la nature que cependant il ordonne et purifie."


Je pense que l'oratoire correspond à quelque chose de tellurique, nous fichant en terre mais nous invitant à lever les yeux vers le haut des arbres, vers les nuages, vers le Mistral qui anime les lieux. Ouvert de toutes parts sur la campagne ; il en est comme le point d'ancrage. J'aime à croire que Henri Bosco aurait certainement vécu ce sentiment quand on perçoit la force de la terre, tout en étant conscient qu'elle est matière profonde à notre émoi et que c'est elle qui est à l'origine de cet épanchement vers tout l'alentour ; ceci se traduisant par ce pilastre en reconnaissance et en communion.


Toujours à Aureille, voici celui de saint Veran :


Je remarque combien ils font corps avec l'environnement ; la plupart du temps, je ne les vois pas et ne les découvre qu'en arrivant à l'improviste à leur pied. C'est alors une surprise, une satisfaction aussi car ils sont une véritable présence.


Et à la sortie du même village, voici celui de saint Roch sur lequel des gerbes de blé sont accrochées :


Par ce culte agraire qui les lie aux anciens dieux païens ; ils participent au quotidien de la vie des gens du village.


On retrouvera à Fontvieille le même saint Roch très présent dans la région :

Derrière la grille et dans les quatre directions, il envoie son énergie d'accompagnement.


Dans un autre village nommé Le Paradou, voici celui de saint Éloi qui se trouve être sur les hautes terres, en protection des maisons en contre-bas :


A chaque heure du jour, le pilastre change d'éclairage et la statue prend des lueurs ou des ombrages différents qui l'alimentent.

Je finis cette promenade en Pays d'Arles sur cette fin du jour lorsqu'à la sortie de Fontvieille je vais attendre l'autobus pour mon retour ; là où veille saint Victor :

Au lieu précis où ces discrets monuments sont érigés et qui rendent l'endroit sacré, je me plais à en faire le tour, à m'asseoir pour écouter l'environnement. Peut-être sont-ils placés sur une grille d'énergie et communiquent entre eux, car Ils ne sont pas mis au hasard, chacun portant un message que j'essaie de percevoir en restant attentive ; mais ils sont si mystérieux...


Tous ces oratoires rencontrés lors de mes promenades ont quelque chose de touchant parce qu'ils sont simples, près des personnes, dressés à l'endroit où chacun en aura besoin pour son cheminement, pour son bien être... comme un écho à sa quête personnelle, alimentant ainsi notre voyage intérieur.

À l'affiche
Posts récents
Par tags
Nous suivre
  • Facebook Classic
  • Twitter Classic
  • Google Classic

Copyright 2018 - Kathy DAUTHUILLE

Mentions légale : En savoir plus

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now