L'Ile de Pâques ou Rapa Nui


A partir du Chili, je pris le vol vers L’Île de Pâques, le 3 novembre 2013.

Cette île me fascine depuis longtemps, je dirais même depuis mon enfance, depuis le jour où je consultai un livre relié chez ma grand-mère ; j'y vis un dessin d'un homme qui marchait entre de gigantesques têtes, et souvent, quand j'allais chez elle, je regardais l'image et lisais ce qu'il y avait à côté pour essayer de comprendre. Mais cette région du monde restait un mystère pour moi.

Plus tard je me rendis avec mes parents à une soirée de « Connaissance du monde » pour écouter la conférence de Francis Mazière « Fantastique Île de Pâques » et je restai avec plein d'interrogations.

Et c'est ainsi que j'allais atterrir en plein milieu du Pacifique, dans cette île qui se trouve à 3700 kilomètres des côtes chiliennes !

Tito, le guide, dit que son physique est polynésien et qu'il parle le rapa-nui, langue de l'île, qu'il est également un maori en montrant ses impressionnants tatouages. Ses cheveux sont très longs et il peut les ramener en un nœud sur le somment de la tête.

Comme cet habitant de l'île

Du côté féminin, voici une native très souriante.

Et en sculpture : la représentation d'un personnage appartenant à un clan.

Ce qu'il faut savoir, c'est que l'Île de Pâques qui fut découverte par le navigateur hollandais Jakob Roggeveen, la veille du jour de Pâques 1722, s'appelle aussi Rapa Nui (Grande île). Avant elle s'appelait Te Pito o Te Henua (le nombril du monde) et encore d'une autre façon Mata Kiti te Rangui (les yeux qui parlent au ciel).

Cette terre a quelque chose d'insolite par sa forme triangulaire, son aspect sauvage et dénudé, ses couleurs : celles des pierres volcaniques rouges et noires, ses herbes assez rases, son ciel changeant de façon constante.

Le contact avec le sol semble être différent, tout est énigmatique, porteur de sens ; un sentiment grave et profond m'habite. Je suis devant quelque chose qui parle par la démesure et cette démesure même m'est un mystère que je vais côtoyer, pénétrer peu à peu. Je suis consciente qu'il faut de la patience et une forme de respect pour percevoir les bribes d'un message remontant du fond des temps.

Le premier endroit que je visitai fut le lieu sacré et cérémoniel des sept explorateurs ou messagers. Les colossales statues sont placées sur un « ahu » (plateforme) qui a une présentation de navire. Elles sont les seules à regarder vers la Polynésie (lieu d'où les premiers habitants sont venus). Plus précisément, elles sont dirigées vers une île « Hiva » qui allait s'effondrer. Tous les autres moai regardent vers l'intérieur de l'île en signe de protection.

Les effigies étaient acheminées depuis la carrière, puis levées. A ce moment-là quelqu'un montait, creusait les cavités des yeux et plaçait les yeux de corail et d'obsidienne et le moai prenait alors vie, représentait un ancêtre vivant dont les restes étaient placés dans la plateforme. A ce moment-là, le « mana » (force, pouvoir) pouvait être senti.

Tous ces personnages de tuf ont un nom qui les identifie. Chacun ayant sa représentation spécifique, son caractère, sa personnalité. (Pour les Pascuans, ils sont vivants, sacrés, et on ne peut les toucher.)

Voici la carrière des moai qui montre le travail depuis l'excavation dans la roche ; les habitants faisaient ensuite glisser les blocs le long de la pente.

Un mouvement de terrain a fait que de nombreux moai ont été ensevelis jusqu'au cou ; les archéologues sont en train d'en dégager certains.

Les chignons sur la tête de ces ancêtres de pierre s’appellent « pukao » et proviennent d'une carrière de scorie rouge.

Un œil fut retrouvé ; il est visible au musée de l'île

En observant les moai, on peut remarquer que le dos de certains est sculpté : on y voit les symboles du soleil, de la lune, du tonnerre ou de la pluie ainsi que de l'homme-oiseau.

Sur la partie antérieure, les mains ont de longs doigts effilés qui pointent vers le nombril. Là serait entreposé « le mana ». Les ventres sont également proéminents. La plupart des géants sont masculins.

Un seul moai est à genoux mais l'histoire serait trop longue à raconter ; il est très émouvant.

Les statues d'Anakena se trouvent dans une baie de sable blanc, tout à fait surprenante ; en fait c'est une baie royale entourée de cocotiers. ( Elle est royale dans les deux sens du terme : par sa lumière et par l'histoire du roi qui y accosta.)

Un autre alignement de colosses est particulièrement saisissant par la puissance qui s'en dégage ; c'est celui du Ahu Tangariki, le plus grand de l'île ; en voici une partie

Et tout l'ensemble du complexe.

Pour contraster, celui près du port avec sa grotte à deux pas, a lui, une énergie plus douce et même féminine dans son contexte.

Hélas, de nombreux colosses, suite à des guerres inter-tribales, ont été renversés et l'on voit à certains endroits des géants face contre terre, ce qui a quelque chose de poignant.

On peut se demander aussi pourquoi avoir fait des statues aussi grandes ? En fait les tribus rivalisaient entre elles et voulaient toujours le moai le plus élevé. Le plus vertigineux est celui de la carrière qui fait plus de 20 mètres et qui est resté dans sa gangue.


Et voici un moai tel qu'il se présentait dans le passé avec tous ses attributs.

Mais que disent ces géants aux lèvres serrées et accusées dans une sorte de moue, au long nez un peu retroussé, aux oreilles allongées, avec leurs yeux énigmatiques dirigés vers le ciel ?

Francis Mazière dit : « Il a ici : « le nombril d'une connaissance » très grave, et le nombril n'est pas l'origine, mais l'aboutissement. »

Pour Patrick Drouot et Liliane Gagnon dans leur livre Les secrets stellaires de l'Ile de Pâques (Des moai de Rapa Nui aux sites mégalithiques planétaires) : « Les fameuses statues ont représenté un signe, puis le support d'un mythe, un mode de communication d'avant l'écriture. »

Une autre chose intrigante : c'est l’écriture rongorongo qui est une écriture en boustrophédon ; actuellement elle n'est toujours pas déchiffrée. Certains signes ressemblent à ceux que l'on trouve dans l'Indus.

Quant au dieu créateur ; il s'appelle Make-make.

C'est en son honneur qu’avait lieu le culte de l'homme-oiseau

Il s'agissait d' un concours à la nage entre les hommes. Ces derniers, après un temps de préparation, attendaient le signal pour aller trouver le premier œuf des sternes nichant dans l'îlot voisin ; le gagnant était alors proclamé roi pour une année. Il pouvait prendre une épouse parmi les vierges qui restaient plusieurs mois dans la grotte du même nom et qui n'en sortaient que la nuit afin de garder leur peau blanche.

Une autre curiosité est une pierre ronde, considérée comme sacrée ; elle suscite aussi beaucoup de questions ; ce serait une aérolithe (appellation qui lui est donnée d'ailleurs dans la langue locale). Je me suis assise à côté, sur une des pierres posées exprès autour et remarquai que si une personne posait une boussole sur la masse, la boussole n'indiquait plus le nord.

Il est aussi un mur étonnant dont la structure et la masse font beaucoup penser aux constructions incaïques ; ce qui laisse supposer que les Incas seraient venus à une certaine époque.

Dans ce paysage dépouillé, se trouvent des lacs de cratère, notamment celui très paisible au bord de la carrière des moai, qui s'appelle Rano Raraku et où viennent s'abreuver les chevaux sauvages.

Et celui absolument gigantesque de Rano Kau.

Je terminerai ce périple tellement plein d'énigmes par un clin d’œil à Tito (au premier plan) qui transmet avec passion son amour de sa Terre et des moai, tout en faisant partager avec enthousiasme ses expériences personnelles et fortes ; je ne doute pas qu'il ait « le mana ».


Et par la pancarte du collège Lorenzo, porteuse d'espoir, sur laquelle on peut lire l'écriture en espagnol et en rapanui et dont voici la traduction :

« Pour une éducation de qualité... Éduquons ensemble, à travers la culture avec : amour, sagesse et respect de la diversité. »

À l'affiche
Posts récents
Par tags
Nous suivre
  • Facebook Classic
  • Twitter Classic
  • Google Classic

Copyright 2018 - Kathy DAUTHUILLE

Mentions légale : En savoir plus

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now