L'île de Patmos

Je me rendis à Patmos en octobre 2016 ; cette île grecque se trouve dans l'archipel du Dodécanèse de la mer Égée. Elle est très éloignée, aussi faut-il la mériter car dès que le pont du bateau descendit et que je marchai sur le sol, une énergie légère et lumineuse m'envahit.



C'est une petite île battue par les vents et dont le ciel peut changer rapidement de l'espace bleu et serein à une nappe nuageuse grise.


Je m'y trouvai vite à l'aise, dans un véritable bien être, et j'en profitai pour prendre un chemin différent chaque jour afin d'aller explorer les collines selon mon envie et c'est ainsi que je m'attardai devant ce cheval plein de douceur qui s'était approché de moi.



Un matin, je décidai d'aller visiter la renommée grotte de Saint-Jean l’Évangéliste où, soit disant, il dicta "L'Apocalypse" ou mieux dit "La révélation" à son disciple Prochore. Je m'assis sous la voûte pour écouter les chants liturgiques prenants, tout en laissant mon regard flotter autour de moi. La roche à mon côté était lustrée de tant de mains qui l'avaient caressée.


En ressortant, je ramassai une pierre sur le chemin ; (j'en possède sur mes meubles de nombreux pays maintenant !) puis j'achetai chez un commerçant un dessin représentant Saint Jean. En rentrant dans ma chambre d'hôtel, je mis les deux l'un à côté de l'autre et je fus surprise tant la similarité de la couleur du fond de l’œuvre et celle de la pierre était proche.


Je visitai aussi l'intérieur du monastère, situé dans la partie la plus haute de l'île ; je ressentis un havre de paix et un accueil bienveillant.

Puis je regagnai les calmes ruelles éclatantes de blancheur, garnies à chaque coin de bougainvilliers en pleine floraison.



Lors d'une de mes promenades en solitaire (mais le lieu s'y prêtait à merveille) une chapelle attira toute mon attention ; elle se situait sur le haut d'une colline, en direction de l'oppidum ; l'accès se faisait par un petit sentier escarpé, puis je passai une entrée entre des murets et l'endroit m'apparut serein, clair, paisible ; un lieu idéal pour méditer.


L'espace était entretenu, même si je ne vis personne ; aussi le temps passa dans le calme et le murmure du vent troublé par quelques vols oiseaux ou de chutes clairsemées d'écorces.


A la fin de mon séjour, je suivis un soir des branches de cyprès jonchant le sol et arrivai ainsi, par surprise, à un escalier orné de chaque côté par des draperies mises le long des marches et éclairé de lanternes rendant l'endroit magique.

Beaucoup de monde se trouvait rassemblé et je pus assister de l'extérieur à la célébration d'un mariage orthodoxe ; la bonne humeur régnait autour de moi et je me sentais comme enveloppée de joie.


A l'entrée de l'église, le pop était présent pour donner la bénédiction.


Le séjour arrivant maintenant à sa fin, je dédiai mes dernières heures sur l'île à une promenade sur un sentier inconnu, à la découverte de nouveaux paysages ; et c'est une autre petite chapelle qui s'offrit à moi dans une luminosité matinale particulièrement fine, traversant les couleurs douces des arbres ; ce fut un instant attendrissant comme un dernier petit cadeau.

À l'affiche
Posts récents
Par tags
Nous suivre
  • Facebook Classic
  • Twitter Classic
  • Google Classic

Copyright 2018 - Kathy DAUTHUILLE

Mentions légale : En savoir plus

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now